Contrairement à ce que l’on pourrait penser le chat ne porte pas d’intérêt au sucre. Contrairement à nous les hommes, cette sensibilité gustative est beaucoup moins développée chez eux.

Mais quelle en est la raison ?

Le chat, comme d’autres félins (tigre, guépard), ne perçoit pas la saveur sucrée, c’est-à-dire qu’il ne va ni n’être attiré, ni dégoûté par cette saveur mais qu’il ne fait tout simplement pas la différence. C’est pourquoi il ne va pas spontanément chercher à manger des aliments sucrés. Ce désintérêt s’explique par le fait que les papilles du chat ne sont pas sensibles aux sucres et aux édulcorants.

Tout est une question de génétique.

La cause de ce dysfonctionnement est génétique. Au niveau des papilles gustatives, le récepteur au sucre est formé grâce à la combinaison de deux protéines : TAS1R2 et TAS1R3 (cf schéma ci-dessous).

Chaque protéine est synthétisée d’après son gène correspondant. Or, le gène TAS1R2 du chat est légèrement différent de celui des autres mammifères comme l’homme, le chien ou le rat [1]: une partie de l’information portée par le gène a été perdue, ce qui rend impossible la synthèse de la protéine TAS1R2. Le gène TAS1R2, toujours présent dans l’ADN du chat, n’est plus fonctionnel : on parle alors de pseudogène.

Dysfonctionnement du récepteur aux sucres chez le chat

Mais alors d’où vient son attirance vers les desserts ou autres plats sucrés ?

Si votre chat vous fait les yeux doux lorsque vous mangez un dessert appétissant ce n’est pas à cause du sucre qu’il contient mais bien à cause d’autres composants comme les protéines ou les lipides qu’il recherche dans une moindre mesure.

N’oublions pas que le chat possède un odorat très développé or les lipides sont un très bon support d’odeurs.

Si les glucides sont la source d’énergie préférentielle des êtres humains le chat va, lui, préférer les protéines.

En résumé, le chat ne s’intéresse en réalité qu’aux protéines et aux lipides contenus dans ces desserts. Si vous tentez de donner un carré de sucre à un chat, il y a de grandes chances qu’il ne manifeste aucun intérêt contrairement à un chien.

Quels risques cela peut avoir sur sa santé ?

Si le chat ne sent pas le sucre, il faudra, néanmoins, en surveiller sa consommation. En effet, une consommation importante de glucides chez le chat peut avoir des effets néfastes sur sa santé. Elle diminue par exemple la digestibilité des protéines.

L’indifférence de ce fin gourmet pour le sucre est-elle une conséquence de son régime de carnivore strict ou en est-elle à l’origine ? C’est une question qui reste en suspens …

Lucie & Priscillia ~ Pattes Blanches Nutrition

Références :

[1] Li X, Li W, Wang H, Cao J, Maehashi K, et al. (2005) Pseudogenization of a Sweet-Receptor Gene Accounts for Cats’ Indifference toward Sugar. PLOS Genetics 1(1): e3. https://doi.org/10.1371/journal.pgen.0010003

[2] White, T.D. & Boudreau, J.C. (1975) Taste preferences of the cat for neurophysiologically active compounds. Psychobiology 3: 405. https://doi.org/10.3758/BF03326850

Si vous avez aimé cet article, si vous voulez en apprendre plus sur nous, suivez-nous sur nos réseaux sociaux :