Mieux comprendre le régime alimentaire de son chat.

Le chat est un chasseur né mais cela ne l’empêche pas d’être un fin gourmet ! Ce dernier a des préférences alimentaires fortes et persistantes qu’il est compliqué de changer : il a un comportement néophobique (avoir peur de ce qui est nouveau). Son maître devra pendant ses premières semaines de vie l’habituer à un régime alimentaire en adéquation avec ses préférences alimentaires et nutritionnelles naturelles.


Pour commencer… 🐱 

Il faut savoir que le chat a un odorat très développé bien plus que son goût (qui lui l’est très peu). Ainsi, il y a 473 papilles gustatives chez le chat contre 9 000 chez l’Homme. Il est très sensible aux odeurs comme les flaveurs dégagées lors de la cuisson d’un plat. Le chat va décider à l’odeur si le plat lui convient ou non. Si l’odeur d’un aliment ne lui convient pas vous pouvez être sûr qu’il ne le mangera pas. Sachez qu’il n’est que très peu réceptif à la couleur de son plat, qu’il soit rouge, vert, jaune ou encore marron, cela n’aura pas d’impact sur sa décision de déguster ou non. 

Son comportement néophobe ne l’empêche pas d’être curieux, notamment lorsqu’il est  jeune, ce qui le pousse à goûter toutes sortes d’aliments qu’il trouve appétissant (néophilie). Il peut alors préférer ces nouveaux aliments durant une courte période, mais il reprendra rapidement son alimentation habituelle. Cette néophilie augmente fortement le risque d’intoxication. Le chat reste toutefois très méfiant vis-à-vis des aliments moisis ou oxydés et ne s’en approche quasiment pas. Avec l’âge, son comportement néophyle a tendance à disparaître et notre petit félin retourne à un comportement plus neophobique. 


Les préférences alimentaires 😻

Notre petit félin s’habitue vite à son alimentation et n’y déroge que très peu. Il est très friand d’une nourriture aussi bien humide (gelées, pâtées, …) que sèche (croquettes, …). Il va préférer une alimentation avec des morceaux très facilement attrapables pour lui éviter de se salir les moustaches. En général, le chat va préférer les aliments acides à ceux sucrés ou amer. En effet, le chat ne connaît pas la saveur sucrée et sa sensibilité à l’amertume est 400 fois plus élevée que celle du chien. 

chat gourmand qui mange

Le chat a le comportement alimentaire d’un carnivore, c’est bien pour ça que notre petit félin est un chasseur. Il est très friand de poisson, de foie et de viande surtout de la volaille. Par contre, le chat a un rejet assez prononcé pour le sang et il déteste la viande avariée. En effet, la viande libère naturellement dans les tissus des nucléotides monophosphates et le chat possède des récepteurs qui lui permettent de détecter si la viande est avariée ou non.

Le chat est un vrai petit gourmet : si l’air est trop humide, il ne mangera pas les aliments secs qui lui seront proposés. Il reste malgré tout un consommateur mesuré, en effet, il ajuste seul son niveau alimentaire à ses besoins énergétiques. Malgré cette autorégulation, un plat qui lui paraîtra très appétissant pourra lui faire outrepasser cette capacité. Il est donc important de garder un œil attentif sur les quantités d’alimentation que le chat consomme, d’autant plus quand celui-ci est stérilisé ou âgé. 

Enfin, le chat a gardé son instinct de chasseur mais plus par plaisir que par nécessité. Le plus souvent il chasse et laisse ses proies derrière lui pour se contenter de son alimentation habituelle. 


L’habituer à un bon régime 😼

C’est dès son plus jeune âge que le chaton prend goût aux différents aliments et se forge les habitudes alimentaires qui le suivront toute sa vie. Le chaton acquiert ses habitudes alimentaires entre la 5ᵉ et la 7ᵉ semaine suivant sa naissance. Il copie allègrement le régime alimentaire de la mère. C’est pour ça que l’éleveur a un rôle important à jouer dans l‘alimentation du jeune chaton. Pour l’habituer aux textures et aux saveurs, il vaut mieux diluer ces nouveaux aliments dans du lait maternel. Puis, petit à petit réduire le lait maternel pour faire une transition en douceur pour le chaton 

Malgré son comportement néophobique, le chat reste un chasseur né qui s’essaye à ce qu’il trouve appétissant. Avec un régime fixe qu’il ne modifie quasiment jamais. Il se permet quelque écarts dès lors qu’il trouve quelque chose de plus appétissant. Il faut donc veiller à lui fournir un repas équilibré dès son plus jeune âge. 

N’hésitez pas à nous contacter via le formulaire de contact pour toute question ou à suivre notre actualité sur nos réseaux sociaux.

Armand ~ Pattes Blanches Nutrition