Parfois notre chat change de comportement sans que nous sachions vraiment pourquoi. Notre désir de toujours rendre heureux nos chats nous a poussé à interviewer Charlotte Escuriola de chez Ani’Mots’Logie pour parler de leurs comportements et nous avons pensé que cela vous plaira de le savoir aussi. Alors ? C’est parti ?


Si on vous présentait Charlotte ?

Charlotte Escuriola est consultante en comportement félin depuis 2016. Sa profession consiste à donner des conseils sur le comportement des chats aux particuliers afin de restaurer une relation harmonieuse entre l’Homme et le Chat.

Un consultant dans la relation Homme-Chat ou Humain-chat peut intervenir dans différentes situations. Par exemple des dépôts en dehors de la litière, des agressions entre chats ou dirigées vers les humains.

Elle peut aussi intervenir pour prévenir votre chat d’un grand changement dans votre vie et la sienne. Comme l’arrivée d’un autre chat ou encore un déménagement. En effet, de grands changements peuvent affecter le comportement de votre chat s’il n’y est pas préparé.

Depuis décembre 2019, Charlotte est cofondatrice de CATUS. Il s’agit d’un collectif (ou association) francophone qui vise à donner une véritable rigueur scientifique à la profession, la présenter aux particuliers et favoriser la réalisation d’études portant sur les chats domestiques pour toujours mieux contribuer à leur bien-être.


Quels comportements peut avoir mon chat s’il est malade ? 🤒

Un chat peut manifester différents comportements lorsqu’il est malade. Cela peut être un temps de sommeil plus important, ou une sudation plus importante au niveau des coussinets qui peuvent aussi avoir une coloration inhabituelle. Celle-ci peut être le signe d’une température élevée et non homogène.

Le chat peut paraître amorphe avec les oreilles sur le côté et/ou la queue cachée sous son corps, ou bien au contraire, paraître très excité et énervé avec les pupilles dilatées (mydriase). Il peut aussi changer de comportement alimentaire (plus ou moins), de comportement dypsique (prise d’eau), et se mettre à uriner anormalement.
Chaque chat va exprimer son mal-être d’une façon différente mais ces comportements font partie des plus couramment observés.  


Quelle est la maladie la plus fréquente pour mon chat ? 🦠

Le Coryza est une des plus fréquentes maladies observées chez les chats domestiques. Cette maladie s’attrape à tout âge. Les symptômes sont simples : yeux larmoyants, éternuements, chat amorphe. Cette maladie, si elle se développe chez votre chat, doit rapidement être traitée par le biais d’un vétérinaire. En effet, le Coryza peut entraîner des complications oculaires et respiratoires qui peuvent aller jusqu’à l’ablation de l’œil (énucléation). Bien évidemment, le vaccin contre le Coryza fait partie des vaccins que le chaton reçoit, d’où l’importance de respecter le calendrier de vaccinations établi avec le vétérinaire référent de l’animal.


Quelles sont les maladies les plus graves pour mon chat ? 🐱

La maladie dont nous allons parler ne touche pas à proprement parler le chat mais plutôt le chaton. Le typhus que beaucoup connaissent est l’une des plus meurtrières pour nos amis les chatons. Elle entraîne notamment de graves troubles gastriques, des vomissements voire tremblements, fièvre etc. C’est une maladie qui est malheureusement la plupart du temps mortelle (les traitements servant à limiter les symptômes mais pas la propagation du parvovirus) et qui est très contagieuse, notamment via les litières et tout objet/autre animal contaminé (les humains peuvent rapporter la souche, très résistante dans l’environnement, sous les chaussures à la maison !). C’est pourquoi la vaccination est primordiale, ainsi qu’une désinfection minutieuse de l’environnement où ce virus a proliféré !

Il y a aussi la PIF. La PIF de son vrai nom Péritonite Infectieuse Féline est une maladie très difficile à déceler qui résulte d’une mutation génétique (d’un coronavirus félin, à la base bénin qui n’est pas contagieux pour l’homme). Elle est caractérisée par des épanchements abdominaux et thoraciques qui sont difficilement détectables par le propriétaire pour la forme dite « humide » et sans liquide pour la forme « sèche », mais plutôt des lésions inexpliquées sur plusieurs organes décelées avec une échographie. On observe au début une perte d’appétit (et donc de poids) et une température corporelle élevée. Enfin, cette maladie peut entraîner des problèmes cardiaques chez votre chat dus aux épanchements et des problèmes respiratoires, avant la mort fulgurante en quelques jours à quelques semaines... Aucun traitement fiable n’existe à l’heure actuelle pour traiter la PIF, en curatif. Quelques molécules peuvent soulager de façon temporaire l’animal.
Une contagion directe est extrêmement rare, puisque cela nécessite que le chat attrape la forme bénigne et que celle-ci mute ensuite.


Quels sont les symptômes les plus fréquents ? 🐈

Un chat potentiellement malade, va le plus souvent présenter les symptômes suivants : des problèmes gastriques, ainsi qu’un comportement abattu. Il y a aussi des comportements alimentaires qui sont alarmants s’ils deviennent réguliers, comme par exemple un chat boudant sa friandise favorite ou qui se met à boire de façon différente de son habitude (bien plus ou bien moins).

Chaviez-vous que le chat est un animal qui boit très peu ? Ce changement de comportement sera donc d’autant plus alarmant si votre chat se met à boire une grande quantité d’eau.


Y a-t-il des gestes particuliers qui me permettent de savoir si mon chat est malade ? 🩺

Des gestes miraculeux qui permettent de savoir tout de suite si votre chat est malade, ça n’existe pas. Il faut rester vigilant sur le nettoyage régulier des oreilles de votre chat et, si cela est possible, lui palper l’abdomen. Cette palpation permet de vérifier que votre chat n’a pas de masse inquiétante.

Il faut aussi faire attention à un changement de comportement par exemple l’acceptation ou le refus de caresses à des endroits habituellement tolérés ou non, qui peuvent être signes de douleurs.

Sachez aussi que ce n’est pas parce que votre chat ronronne qu’il est en bonne santé et heureux. En effet, le ronronnement est un mécanisme pour s’auto apaiser chez le chat et donc un ronronnement plus important que d’habitude peut exprimer un stress chez votre animal.

Pour conclure cet article, nous souhaitions tout d’abord remercier Charlotte Escuriola sans qui cet article ne serait pas ce qu’il est. Le comportement a une grande part dans la détection d’une maladie chez votre chat. Bien évidemment il ne faut pas vous inquiéter au moindre petit signe. Mais il faut savoir rester vigilant pour garder votre chat en bonne santé.

N’hésitez pas à nous contacter via le formulaire de contact pour toute question ou à suivre notre actualité sur nos réseaux sociaux.

Armand ~ Pattes Blanches Nutrition